Chargement Évènements

« Tous les Évènements

Titsou les Pouces Verts [scolaires]

_Maurice Druon / Compagnie La Voix de l’Ourse_

8 juin 2023 et 9 juin 2023

Horaires des quatre représentations à venir

«Tistou s’endort toujours en classe. Alors son père, riche notable de la belle ville de Mirepoil et propriétaire de l’usine à canons, décide de l’envoyer à l’école de la vie. Première leçon avec le jardinier Moustache qui découvre une chose merveilleuse : Tistou a ‘‘les pouces verts‘‘. Les fleurs poussent sous ses doigts. Le garçon va alors se servir de ce pouvoir comme d’une arme contre la misère ambiante, les inégalités d’un ordre social en apparence parfait… »

Tistou se rapproche de personnages comme Candide ou le Petit Prince. Il cherche des réponses aux questions qu’il se pose sur l’absurdité du monde dont il est le témoin et dans lequel il a bien du mal à trouver sa place. Lorsque Moustache découvre son secret, Tistou ne peut pas s’empêcher de penser : « On va encore dire que je suis différent… »

Tistou nous pousse à mettre de côté nos nombreux préjugés. Avec cette naïveté et cette espérance propre à l’enfance, Tistou refuse les idées toutes faites des grandes personnes et agit dans le sens du bien commun.

8€ Gratuit pour les accompagnateurs | Durée : 50 min | À partir de 6 ans

Adaptation & mise en scène Hélène Guichard
Avec Maud Alessandrini, Xavier Clion, Marie-Laure Gilberton, Hélène Guichard et Christophe Hardy
Scénographie, marionnettes et illustrations Bérengère Gilberton
Création vidéo et illustrations Maud Alessandrini
Composition musique et bruitages Olivier Demontrond
Construction décor Adrien Alessandrini
Création lumières Pierre-Emile Soulié
Régie du spectacle Florian Delattre

Production : Compagnie La Voix de l’Ourse / Théâtre de l’Usine-Eragny/ Conseil Départemental du Val d’Oise / Spedidam

Théâtre et Démocratie

L’être humain est un être essentiellement social et non un être solitaire comme le défendait Jean-Jacques Rousseau. L’individu a besoin des autres pour survivre.
La démocratie cherche une règle commune permettant de vivre ensemble, de s’accorder, de corriger les injustices et d’éviter les massacres. De fait, elle cherche à résoudre une contradiction qui naît des deux principes sur lesquels elle se fonde :
1) égalité des conditions d’accès pour tous au savoir, aux droits, etc…
2) indépendance, autonomie de chaque individu. C’est dire avec Jacques Rancière, que “la crise est consubstantielle à la démocratie”.
Aujourd’hui, si l’on écoute Alexis de Tocqueville, ce serait l’individualisme qui menacerait notre démocratie : la conception que nous avons de la liberté moderne se fondrait sur le seul progrès de notre confort personnel… Le théâtre peut, modestement certes, s’opposer à cette dérive dangereuse en réveillant le sentiment du collectif. Oui, “le théâtre est bien un lieu de parole qui rassemble un groupe humain, mettant en présence réelle spectateurs et acteurs. Il contribue à maintenir l’usage d’une parole (sonore et signifiante) et reste de ce fait un lieu fondamental de la réorganisation sociale, où se maintient et se développe une culture commune (...). La notion de ce théâtre démocratique ne s’appuie pas sur le postulat totalitaire inepte que nous aurions tous à devoir être égaux et tous ensemble à fusionner dans une même émotion mais elle se fonde sur le fait que nous sommes tous semblables en tant que membres appartenant à la même espèce. Semblables et différents.

Théâtre et démocratie, conférence tenue par Hubert Jappelle le 26 mai 2005 à l’Université de Cergy-Pontoise.