Chargement Évènements

« Tous les Évènements

Personne n’est ensemble, sauf moi.

_Compagnie Amonine_

Vendredi 14 octobre à 21h00

Dans le cadre du Festival Imago – Art et Handicap

« C’est en 2012 que je rencontre pour la première fois les jeunes en situation de handicap du programme PHARES (Par delà du Handicap, Avancer et Réussir des Études Supérieures), Le programme PHARES fait partie du centre d’égalité des chances de l’ESSEC à Cergy et a pour objectif de favoriser l’accès aux études supérieures pour les jeunes en situation de handicap.

C’est dans ce cadre que les membres de notre compagnie ont rencontré plus d’une centaine de jeunes. Nous avons décidé pour ce spectacle de nous concentrer sur la question des handicaps dits « invisibles », en effet, les mots manquant pour évoquer sa différence, côtoient souvent les maux identitaires qui nous importent tant.

Ce projet est autant le nôtre que le leur. Nous le créerons au fil d’un long processus déjà entamé, en mettant notre savoir-faire au profit de ce qu’ils ont à nous raconter. » Cléa Petrolesi

7€ à 18€ Tarif A | Durée : 1h | À partir de 11 ans

Conception & mise en scène Clea Petrolesi
Collaboratrice artistique Catherine Le Hénan
Musicien live & composition Noé Dollé
Travail corporel Lilou Magali Robert
Création lumière Carla Silva
Scénographie Margot Clavières
Construction décor Yohann Chemmoul Barthélémy
Avec Lea Clin, Oussama Karfa, Felix Omgba en alternace, Marine Déchelette, Guillaume Schmitt-Bailer et Noé Dollé
Costumes Elisabeth Cerqueira
Chargée de production Nathalie Untersinger
Avec la participation de Noham Lopez, Aldric Letemplier, Côme Lemargue, Nils Pingeaut, Auguste Sow-Konan et Jean-Daniel Dupin
Régisseur Son Georges Hubert

Production Cie Amonine – Spectacle Lauréat du réseau de production La vie devant soi • Coproduction Théâtre Paris-Villette, le Théâtre Antoine Vitez – scène d’Ivry dans le cadre d’une résidence de création, le Théâtre du Cristal, Festival Imago, Théâtre Jean Vilar • Avec le soutien de la DRAC Ile-deFrance / «La Vie devant soi», réseau coopératif francilien de production de spectacle vivant et de réflexion autour des publics adolescents : Théâtre Dunois, PIVO – Théâtre en territoire, Scène conventionnée d’intérêt national, Théâtre Jean Arp Clamart – scène conventionnée d’intérêt national Art et création, La ferme de Bel Ebat – Théâtre de Guyancourt, L’entre- Deux – Scène de Lésigny, Théâtre André Malraux de Chevilly-Larue, Théâtre Jean-Houdremont – centre culturel La Courneuve, le Théâtre 13. • Avec l’aide à la résidence de création du Théâtre de l’Usine • Avec le soutien du Centre Egalité des Chances de l’ESSEC Business School, de la MAIF, de la Fondation ECART Pomaret • Création soutenue par le département du Val-de-Marne et la Région Ile-de-France • Le dispositif PHARES travaille en partenariat avec 25 Lycées et 10 collèges du Val d’Oise.

Théâtre et Démocratie

L’être humain est un être essentiellement social et non un être solitaire comme le défendait Jean-Jacques Rousseau. L’individu a besoin des autres pour survivre.
La démocratie cherche une règle commune permettant de vivre ensemble, de s’accorder, de corriger les injustices et d’éviter les massacres. De fait, elle cherche à résoudre une contradiction qui naît des deux principes sur lesquels elle se fonde :
1) égalité des conditions d’accès pour tous au savoir, aux droits, etc…
2) indépendance, autonomie de chaque individu. C’est dire avec Jacques Rancière, que “la crise est consubstantielle à la démocratie”.
Aujourd’hui, si l’on écoute Alexis de Tocqueville, ce serait l’individualisme qui menacerait notre démocratie : la conception que nous avons de la liberté moderne se fondrait sur le seul progrès de notre confort personnel… Le théâtre peut, modestement certes, s’opposer à cette dérive dangereuse en réveillant le sentiment du collectif. Oui, “le théâtre est bien un lieu de parole qui rassemble un groupe humain, mettant en présence réelle spectateurs et acteurs. Il contribue à maintenir l’usage d’une parole (sonore et signifiante) et reste de ce fait un lieu fondamental de la réorganisation sociale, où se maintient et se développe une culture commune (...). La notion de ce théâtre démocratique ne s’appuie pas sur le postulat totalitaire inepte que nous aurions tous à devoir être égaux et tous ensemble à fusionner dans une même émotion mais elle se fonde sur le fait que nous sommes tous semblables en tant que membres appartenant à la même espèce. Semblables et différents.

Théâtre et démocratie, conférence tenue par Hubert Jappelle le 26 mai 2005 à l’Université de Cergy-Pontoise.