Chargement Évènements

« Tous les Évènements

Boule de Suif / La Meute

_D’après Guy de Maupassant / Cie Les Moutons Noirs_

Vendredi 17 février 20232 à 21h00

Une salle de classe, un professeur, des élèves, le public, une situation de harcèlement scolaire connue de tous et pourtant…

Tout bascule quand, à travers l’étude de texte, ce professeur tisse des liens entre l’œuvre et l’actualité, entre les personnages de la nouvelle et des situations bien réelles. Tout prend forme, tout fait sens, et en même temps que se décryptent les mécanismes de l’esprit d’émeute, se dessinent les contours d ‘une résilience collective.

Deux drames, une même issue qui dépendra de nous !

7€ à 18€ Tarif A | Durée : 1h20 | À partir de 13 ans

Adaptation, mise en scène et jeu Yannick Laubin
Collaboration artistique Iris Mirnezami, Olivia Grenez, Paola Secret, Mathieu Alexandre et Charly Labourier
Collaboration psychologie Dorothée Gemmp
Musique Jo Zeugma
Lumières Alice Gill Khan et Rémi Cabaret
Son Antoine Ciceron
Collaboration histoire Sylvain Venayre

Production Les Moutons Noirs · Soutiens Théâtre Traversière, Paris – Lavoir Moderne Parisien, Paris – Espace 89, Villeneuve la Garenne – La Lanterne, Rambouillet – MJC de Crépy-en-Valois – Théâtre de Châtel-Guyon – Théâtre de la Madeleine, Pluvignier – Théâtre Philippe Noiret, Doué en Anjou

Théâtre et Démocratie

L’être humain est un être essentiellement social et non un être solitaire comme le défendait Jean-Jacques Rousseau. L’individu a besoin des autres pour survivre.
La démocratie cherche une règle commune permettant de vivre ensemble, de s’accorder, de corriger les injustices et d’éviter les massacres. De fait, elle cherche à résoudre une contradiction qui naît des deux principes sur lesquels elle se fonde :
1) égalité des conditions d’accès pour tous au savoir, aux droits, etc…
2) indépendance, autonomie de chaque individu. C’est dire avec Jacques Rancière, que “la crise est consubstantielle à la démocratie”.
Aujourd’hui, si l’on écoute Alexis de Tocqueville, ce serait l’individualisme qui menacerait notre démocratie : la conception que nous avons de la liberté moderne se fondrait sur le seul progrès de notre confort personnel… Le théâtre peut, modestement certes, s’opposer à cette dérive dangereuse en réveillant le sentiment du collectif. Oui, “le théâtre est bien un lieu de parole qui rassemble un groupe humain, mettant en présence réelle spectateurs et acteurs. Il contribue à maintenir l’usage d’une parole (sonore et signifiante) et reste de ce fait un lieu fondamental de la réorganisation sociale, où se maintient et se développe une culture commune (...). La notion de ce théâtre démocratique ne s’appuie pas sur le postulat totalitaire inepte que nous aurions tous à devoir être égaux et tous ensemble à fusionner dans une même émotion mais elle se fonde sur le fait que nous sommes tous semblables en tant que membres appartenant à la même espèce. Semblables et différents.

Théâtre et démocratie, conférence tenue par Hubert Jappelle le 26 mai 2005 à l’Université de Cergy-Pontoise.