Chargement Évènements

« Tous les Évènements

Atypiques [Forme jeune public]

_Compagnie Les Eduls_

Vendredi 18 mars 2023 à 17h00

Comment la question de la différence se pose-t-elle « à hauteur d’enfant » ? Comment leur raconter l’autisme ? Comment aider un dialogue parfois empêché avec ceux que l’on ne comprend pas mais que l’on aimerait tant approcher ? Telles sont les questions qui nous guident à l’orée du processus de recherche et de création de cette forme jeune public, qui aura pour vocation d’aller à la rencontre des enfants dans les écoles et de faciliter les liens entre les classes dites « ordinaires » et les « autres ».

« Atypiques part d’une question : « Choisissez un mot. Un mot qui vous définisse. Un mot pour dire qui vous êtes. » L’impossibilité à répondre à cette question est le point de départ du propos : dès que l’on cherche à s’y confondre totalement, l’identité nous piège.

Le dispositif est simple : une comédienne, et autour d’elle, collés au mur, ou dévoilés au fur et à mesure qu’elle déplie un paravent aux allures de malle au trésor, des fragments de mots. Suffixes, préfixes, radicaux. Parce que la langue s’invente par collages et qu’un mot en cache toujours d’autres, elle revient aux racines de ce qui fonde le sens de termes qui nous paraissent pourtant évidents, transparents.

Normal. Ordinaire. Autiste. Malade. Autre. Typique. Extraordinaire.

Le parti-pris est de décortiquer les mots, ceux qui sont reliés à l’autisme, et plus globalement les mots qu’on utilise pour dire la différence. De jouer avec cette formidable et terrifiante puissance du langage : nommer mais aussi assigner. Décrire et soulager, mais aussi enfermer.

Jouant avec le code de l’exposé pour tout de suite le faire dérailler, Atypiques ne cherche pas l’explication ni l’exhaustivité, mais à poser des questions. À la dérive autour des mots et de leur sens se noue ainsi une parole plus intime, entre témoignage et confession, sur l’expérience de l’autisme au sein d’une fratrie, et sur la pression sociale de la normativité. Entre ces mots, enfin, des instants de silence où le corps et le geste prennent le relais du verbe.

Le pari est de générer une expérience ludique et sensible, interactive et poétique, qui permette d’aborder un sujet délicat depuis une expérience intime. »

Claire Besuelle, Dramaturge

La représentation sera suivie d’un échange en bord de plateau d’une vingtaine de minutes.

6€ à 12€ Tarif D | Durée : 1h | À partir de 6 ans

Conception Emma Pasquer
Jeu Emma Pasquer & Clémence Viandier (en alternance)
Dramaturgie & Co-écriture Claire Besuelle
Création musicale François Merlin
Scénographie Cerise Guyon
Collaboration artistique Jurate Trimakaite

Coproduction Ville des Lilas (avec le soutien du département de Seine Saint-Denis), Lilas en Scène, Théâtre de l’Usine à Éragny • Avec le soutien de la DRAC Île de France, de la ville de Cormeilles-en-Parisis, d’Un lieu pour respirer aux Lilas.

Théâtre et Démocratie

L’être humain est un être essentiellement social et non un être solitaire comme le défendait Jean-Jacques Rousseau. L’individu a besoin des autres pour survivre.
La démocratie cherche une règle commune permettant de vivre ensemble, de s’accorder, de corriger les injustices et d’éviter les massacres. De fait, elle cherche à résoudre une contradiction qui naît des deux principes sur lesquels elle se fonde :
1) égalité des conditions d’accès pour tous au savoir, aux droits, etc…
2) indépendance, autonomie de chaque individu. C’est dire avec Jacques Rancière, que “la crise est consubstantielle à la démocratie”.
Aujourd’hui, si l’on écoute Alexis de Tocqueville, ce serait l’individualisme qui menacerait notre démocratie : la conception que nous avons de la liberté moderne se fondrait sur le seul progrès de notre confort personnel… Le théâtre peut, modestement certes, s’opposer à cette dérive dangereuse en réveillant le sentiment du collectif. Oui, “le théâtre est bien un lieu de parole qui rassemble un groupe humain, mettant en présence réelle spectateurs et acteurs. Il contribue à maintenir l’usage d’une parole (sonore et signifiante) et reste de ce fait un lieu fondamental de la réorganisation sociale, où se maintient et se développe une culture commune (...). La notion de ce théâtre démocratique ne s’appuie pas sur le postulat totalitaire inepte que nous aurions tous à devoir être égaux et tous ensemble à fusionner dans une même émotion mais elle se fonde sur le fait que nous sommes tous semblables en tant que membres appartenant à la même espèce. Semblables et différents.

Théâtre et démocratie, conférence tenue par Hubert Jappelle le 26 mai 2005 à l’Université de Cergy-Pontoise.