Pour recevoir nos informations, inscrivez vous :
  Residence territoriale artistique et culturelle 2019/2021 - À l'ombre de soi, récits d'exils

À L'OMBRE DE SOI - RÉCITS D'EXILS

septembre 2019 - juin 2021

Résidence territoriale artistique et culturelle autour de la création du spectacle Les Ombres - par le collectif La Tambouille et d'après la bande dessinée de Vincent Zabus / Hippolyte.

Une salle d'interrogatoire à la lumière crue. Une chaise, un bureau. Le n°214 répond aux questions d'un agent de l'immigration. Le jeune demandeur d'asile, « le Frère », doit tout raconter : qui il est, ce qu’il a vécu. Le mensonge est tentant, arranger son histoire pour augmenter ses chances... Mais les Ombres l’en empêchent.
Les Ombres, compagnons de route jamais arrivés exigeant qu’il ne trahisse ni leur mémoire, ni leur vérité. Alors, l’exilé se livre...

Épopée contemporaine, Les Ombres est le récit singulier et emblématique d’êtres humains en exil, luttant pour leur survie et leur liberté, à la recherche d’une terre où la vie pourrait être meilleure. L’exil est l’une des expériences les plus anciennes de l’humanité. Et pourtant, alors que la mobilité est aujourd’hui inscrite comme un bien public mondial, il est plus difficile pour un être humain que pour une marchandise de franchir certaines frontières. Être un migrant aujourd'hui est avant tout être un individu qui doit convaincre que sa vie vaut autant que celles des autres.

Image

couverture de la bande dessinée Les Ombres de Zabus / illustrations Hippolyte, éditions Phébus (2013)


Projet de mise en scène

Les Ombres sont particulièrement propices à être portées par la marionnette et les arts associés, dont les valeurs symboliques éclaireront les épreuves vitales intemporelles incarnées par les personnages. Selon notre lecture, le texte se construit autour de familles allégoriques : le peuple des migrants et leurs ombres, les voraces profiteurs de misère, les administrateurs désincarnés de l'Autre Monde. Pour chacune de ces familles et selon les différentes étapes de l’histoire, nous emploierons plusieurs techniques marionnettiques. Les personnages ne seront pas précisément assimilables à une culture ou une appartenance géographique et pourront être déclinés sous plusieurs formes en fonction de l’évolution du récit.

Une résidence territoriale

Parallèlement à la création du spectacle, ce projet fait l’objet d’un soutien de la DRAC IDF et du Théâtre de l’Usine d’Éragny-sur-Oise dans le cadre d’une résidence artistique en milieu scolaire. Ainsi, en amont des actions culturelles, nous avons souhaité organiser une rencontre singulière entre le public - collégiens, lycéens, mineurs sous protection de l’aide à l’enfance - l’œuvre et les artistes. Une lecture à quatre voix s’est alors imposée, dynamisée par le dispositif scénique circulaire testé pour l’occasion.

Plusieurs ateliers d’arts vivants ont ensuite été proposés :
• Atelier de théâtre masqué – masques neutres – demi masques – masques larvaires
• Atelier marionnettes – Bunraku – Table - Travail vocal
• Atelier graphique : de la bande dessinée à la transposition scénique
• Atelier Voix Parlée – Prise de parole - discours et posture d’orateur

Ces ateliers conçus autour de l’axe central « Choeurs d’exils » ont pour enjeu de permettre à chaque participant de faire l’expérience de l’expression théâtrale depuis son écriture (gestuelle, spatiale, vocale, graphique...) jusqu’à sa mise en jeu tant collective que personnelle.
Les publics associés sont issus de mondes différents mais perméables. Tous ont en commun la jeunesse, la capacité d’alliance, de connivence, de transformation. Il s’agit alors de tenter une traversée de l’un vers l’autre, de s’inscrire dans un espace de socialisation, de coopération et de réciprocité.

L’objectif de ces ateliers est l'expérimentation d'un processus créatif. C'est cette liberté de tenter qui nourrit l'équipe artistique dans son propre travail de recherches vers la création. De fait, démarche artistique et actions culturelles ne cessent de se répondre et de s’enrichir, la scénographie du spectacle développant l’ébauche initiée pour la lecture en est l’exemple le plus marquant.

Des actions artistiques et citoyennes en perspective

Ces premières expérimentations ont installé une direction de production où l’écoute, l’échange, la prise d’informations sont en lien avec des associations et des lieux d’accueil.

• La lecture - suivie d’un échange, devient une forme à part entière, forme autonome destinée à des lieux non équipés (médiathèques, centres sociaux...).
• Des ateliers d’initiation et de sensibilisations aux techniques théâtrales utilisées dans le spectacle sont à imaginer en lien avec les structures.
• Les représentations sont accompagnées de bords plateau à décliner : débats, projection de documentaires, fictions, expositions, accueil de témoins, d’‘associations...etc.

ImageImage

Dessins réalisés par des élèves de 6ème du Collège les Hautiers de Marines

Image Image

Dessins réalisés au fusain par des élèves du Lycée des Métiers de Chars


Les acteurs et actrices du projet


Les artistes intervenants
Sandra Calderan, Stéphanie d'Amiens d'Hébécourt, Agnès Gaulin, Christophe Hardy, Aline Parmenon et Michaël Périé.

Les établissements scolaires participants

Structures partenaires